Etre en harmonie avec la Nature, à l’aube d’un nouveau paradigme

« La Nature offre à  la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l’âme, le cœur et l’esprit. » Pierre Rabhi.

L’inconscient collectif humain est porteur de croyances concernant la Nature, qui ne sont  pas en alignement avec la Vie. Ces croyances, érigées en nous comme des tuteurs qui soutiennent nos modes de fonctionnement, nous éloignent de notre source terrestre d’Harmonie et de Guérison, la Nature. La Nature, verte comme notre Cœur, a été asservie par l’Humanité pour des besoins superficiels, créés de toute pièce. C’est ce même cœur, qui, éloigné de sa meilleure compagne sur Terre, la Nature, a fini par oublier que la Vie est un miracle. Luther Standing Bear (Ours Debout) , un chef Sioux Lakota nous a laissé comme héritage, quelques sagesses qui rappellent au cœur de l’Homme, son lien originel avec Dame Nature. « Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l’oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature. »

Notre environnement extérieur est le reflet notre environnement intérieur

L’être humain est, à notre époque, la seule espèce vivante sur Terre qui détruit son environnement  au lieu de le préserver. Nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis. Observer notre environnement tel qu’il est aujourd’hui revient à observer le témoin de notre propre inhumanité, de ce non-amour qui guide les Hommes à agir à contre-sens de la Vie. L’être humain a intégré comme croyance, que la Nature est un stock de matière exploitable à des fins de profits financiers. Sa vocation est de servir les intérêts individuels de chacun de nous. Le manque d’Amour et le manque de nourriture de l’esprit est ainsi comblé par une abondance de matière, guidée par l’illusion de besoins éphémères et sans cesse changeants. Cependant l’expérience de cette destruction de masse de la Vie, de cette vulgarisation de la mise à mort d’être vivants pour alimenter une logique consumériste morbide, constitue un paradigme qui n’est pas viable sur le long terme. Ce comportement n’est pas en Harmonie avec les grandes lois de l’Univers qui œuvrent à chaque instant pour perpétrer le grand miracle de la Vie. C’est ainsi notre propre disharmonie intérieure  qui se reflète sur notre environnement extérieur.

La Nature est un temple sacré et nous l’avons oublié

De la même manière que le corps physique est considéré par de nombreuses écoles spirituelles comme un temple qui abrite la Vie, la Nature dans son ensemble est un temple qui abrite la Vie sur Terre. La Nature et l’Humanité ne sont pas dissociables l’une de l’autre. L’être humain est une espèce parmi quelques 8,7 millions d’autres, et n’est qu’un élément de cette grande Nature terrienne.

Pour comprendre la logique de destruction dans laquelle nous sommes, rapportons les 4,6 milliards d’années d’existence de la Terre à 46 ans. Dans ce rapport de temps, la révolution industrielle serait alors apparue il y a 1 minute, et durant cette seule petite minute, nous avons détruit 50% des forêts de notre planète et 30% des espèces animales se sont éteintes. Une grande partie de ce qui constitue la Nature a été balayée d’un revers de manche.

En s’autoproclamant grands maîtres de la Terre, nous, les êtres humains, avons perdu le respect inhérent à toute forme de Vie, et par là même le respect pour notre propre Vie. De plus en plus de consciences s’éveillent sur Terre et participent à la création d’un nouveau paradigme, davantage aligné sur le lien profond qui unit le cœur de l’Homme à la Nature. «  Le sentiment de fraternité pour toutes les créatures de la terre, du ciel et de l’eau était un principe réel et actif. Les Lakotas éprouvaient pour le monde des animaux et des oiseaux un sentiment fraternel qui écartait tout danger ; en fait, certains d’entre eux étaient devenus si proches de leurs amis à plumes ou à poils qu’ils parlaient en véritables frères une langue commune. »

En s’éloignant du temple de la Nature, l’être humain a perdu la sacralité de la Vie. C’est donc désormais à travers une démarche consciente, un positionnement ferme que la Nature pourra redevenir le temple sacré de la Vie. Puisse l’Humanité gagner l’humilité de servir la Nature davantage que de l’endommager.

La reconnexion à la Nature, une démarche consciente vers l’Harmonie et la Guérison

La reconnexion à la Nature peut être une démarche consciente, une intention individuelle, qui soutiendra une évolution collective. La compréhension holistique de l’existence et de la Vie sur Terre nous permet de nous émanciper des croyances de séparation de l’Homme et de la Nature, et se tourner  vers de nouveaux modes de comportements, remettant en cause les croyances fortement ancrées dans l’inconscient collectif humain.

Aujourd’hui, cette évolution est soutenue par un positionnement clair et sincère. Tendez la main en direction de la Nature et elle vous enlacera de ses bras aimants. La Nature est une magnifique source de connaissances et de guérison pour celui qui la reconnaît comme telle. Ainsi, selon la spiritualité amérindienne « Tout possédait une personnalité, seule la forme différait de nous. La connaissance était inhérente à toutes choses. Le monde était une bibliothèque et ses livres étaient les pierres, les feuilles, l’herbe, les ruisseaux, et les oiseaux et les animaux qui ont partagé, aussi bien avec nous, les tempêtes et les bénédictions de la terre. » La reconnexion à la Nature, et aux autres peuples et règnes qui vivent avec nous (et non pour nous) sur Terre, permet de se reconnecter à notre Nature profonde intérieure et ainsi d’y trouver le chemin de l’Harmonie et de la Guérison.

Reconnaître la Nature c’est se positionner en harmonie avec elle. C’est agir avec l’intention de la respecter. C’est cessez de se croire au dessus, mais d’accepter de faire partie de la Nature. Se reconnecter à notre Nature c’est également poser des actions dans ce sens. En voici quelques unes :

  • Modifier son alimentation, comme par exemple se tourner vers le végétarisme car les animaux présents sur Terre n’ont pas vocation à être mangés mais davantage à nous aider.
  • Manger des aliments cultivés de manière durable, qui n’engendrent pas l’épuisement de notre sol et dont l’énergie est nourrissante.
  • Prendre le temps d’observer et regarder les éléments de Nature qui nous entourent et avec lesquels nous partageons notre quotidien sans nous en rendre compte, ces arbres et ces oiseaux qui vivent à quelques mètres de nous.
  • Ressentir de la gratitude pour l’abondance de la Nature. Mais également ressentir de la gratitude pour sa Beauté car la Beauté de la Nature est la nourriture de notre esprit.
  • Faire la démarche de se soigner pour s’harmoniser avec la Nature et avec son environnement comme le fait l’Ayurveda mais également le Yoga ou le Chamanisme.
  • Passer du temps au contact de la Nature, dans une forêt par exemple ou au bord d’un lac, ressentir les énergies qui entrent en lien avec la notre et prendre conscience de ce dialogue silencieux.
  • Prendre conscience de ce miracle qu’est la Vie et la protéger dès que cela nous est possible.

A travers ces quelques expériences quotidiennes, il est possible de ressentir davantage la Vie en nous même, de se sentir plus vivant et plus présent sur Terre. Thich Nath Hanh nous dit que  « Le miracle n’est pas de marcher sur l’eau, il est de marcher sur la Terre verte dans le moment présent et d’apprécier la beauté et la paix qui sont disponibles maintenant. »

 

*Photographie: Max Ellis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s